Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paroles de reconstituteurs 2

Publié le par Joël D.

Paroles de reconstituteurs 2

Deuxième épisode: Joël, membre du comité élargi de Viviskes

« J'ai commencé la reconstitution celte il y a environ 6 ans, complètement par hasard à l’occasion d'un concert de musique celtique. J'avais 18 ans et j'en ai actuellement 24 et suis étudiant Master en Archéologie et Histoire Ancienne à l'université de Lausanne. Comme la plupart des membres les plus anciens de Viviskes, j'ai commencé dans ce qui était Cladio Noir, et ai réalisé à quel point cette pratique me plaisait lors de ma première manifestation en tant que reconstituteur aux Jardins de Lousonna, durant l'été 2008 et ce plaisir n'a jamais été démenti au cours des diverses manifestations auxquelles j'ai eu la chance de pouvoir assister.

Cette pratique me permet en effet d'allier deux de mes plus grandes passions: la première étant, bien évidemment, l'étude de l'histoire ancienne, plus particulièrement les périodes proto-historiques. La seconde est la pratique de l'escrime ancienne. J'avais dû arrêter la pratique de celle-ci suite à un déménagement, mais Viviskes m'a permis de continuer à l'exercer, me permettant même de découvrir de nouvelles disciplines martiales, notamment la pratique du combat à la lance et le tir de javelines.

Mais surtout, plus important que la découverte personnelle, la reconstitution permet de pouvoir faire partager notre passion à des personnes venant de tous les horizons : il est très enrichissant de pouvoir tenir le stand et faire partager au publique nos connaissances et chasser ainsi un grand nombre de préjugés.

Car la pratique de la reconstitution m'a permis aussi de découvrir tout un pan de notre passé : la culture celtique. Nous avons trop longtemps été aveuglés par les textes grecs ou romains les qualifiant à de nombreuses reprises de barbares. Mais par l'étude à la fois traditionnelle, via l'archéologie et l'histoire, mais aussi via la reconstitution, il est très facile de prendre conscient de la richesse et surtout de la complexité de cette civilisation qui a marqué un très large pan de l'histoire européenne. Nous sortons donc totalement des brutes couvertes de peaux ou des épopées arthuriennes pour un peuple aux coutumes variées et à l'art très développé dont le seul tort aura de n'avoir pas laissé de traces écrites.

Car, pour ma part, le but final de faire partie de cette association est de pouvoir s'imprégner au maximum de la culture antique et la restituer au maximum afin que tout ce savoir ne se perde pas et puisse se transmettre à travers l'histoire vivante, dont nous sommes en partie les représentants. »

Commenter cet article