Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paroles de reconstituteurs 4

Publié le par Florent Schroeter

Paroles de reconstituteurs 4

Par Florent Schroeter, alias Catuvolcus, secrétaire et ancien garde-sel de la Teuta Viviskes

Trois années se sont déjà écoulées depuis mon entrée dans l’association Viviskes, entrée permise – ou causée -, comme de nombreuses autres, par la véhémence, les encouragements et la sympathie des quelques membres que je connaissais déjà grâce à d’autres rencontres.

De nombreuses personnes écarquillent les yeux lorsque je mentionne ce hobby : il n’est en effet pas commun qu’un étudiant en 1ère année de Master en Médecine à Lausanne s’intéresse autant à l’Antiquité, et encore moins via la reconstitution historique. L’aspect martial que l’on retrouve dans Viviskes apporte de plus un très bon complément à ma pratique du karaté et du kobudo d’Okinawa, notamment de par son approche plus expérimentale.

Ainsi, la reconstitution me permet réellement d’avoir un équilibre par rapport aux autres activités que je pratique, équilibre qui est pour moi la base d’une bonne qualité de vie.

L’ambiance et la motivation exceptionnelles au sein de notre association sont, à mon avis, deux facteurs clés rendant cette activité unique et permettant à des projets comme « Les Celtiques de Vivisco », notre festival celtique à Vevey, d’être réalisés à partir de presque rien. La reconstitution a cette magie de pouvoir réunir des individus de tous horizons qui, sans elle, n’auraient probablement jamais pu lier des liens tels qu’il en existe chez nous. Dès qu’un nouveau venu arrive, il est très rapidement entouré et s’intègre rapidement dans la Teuta. Plus qu’une association, il s’agit d’un groupe de personnalités uniques dont j’ai la chance de faire partie.

En plus de tous ces avantages, la taille modeste et le jeune âge des membres de notre association permettent très rapidement de pouvoir s’investir dans la vie de l’association. Ainsi, il arrive parfois qu’un membre un tant soit peu motivé – ce fut mon cas - reçoive un appel un dimanche soir lui annonçant qu’il lui est offert la place de trésorier. La prise de simples opportunités et de quelques initiatives nous pousse donc rapidement sur le devant de la scène et conduit fréquemment à ce genre d’appel. De plus, les rôles au sein du comité changent fréquemment, de manière à ce que chacun puisse être à une place qui lui convienne. C’est ainsi que, pour élargir mon champ d’action, j’ai laissé il y a quelques semaines derrière moi mon rôle de gardien du trésor pour prendre celui du secrétaire, ou scribe pour les intimes.

Je profite de cette chronique pour jeter un regard en arrière et je me rends compte réellement que l’investissement dans un comité ou dans des projets comme la première édition des « Celtiques de Vivisco » nous permet de développer des aptitudes qu’il n’est pas possible d’acquérir dans des classeurs, au contraire de mes études. Or, ces compétences voient leur utilité dépasser le cadre de la reconstitution, puisqu’elles facilitent également grandement l’interaction dans des groupes de travail ou – pour prendre un exemple qui me concerne plus – dans une équipe de soins médicaux.

Participer au moins une fois aux activités d’une telle association est donc pour moi une occasion unique dont il faut profiter car, à ma connaissance, peu d’autres groupes parviennent à réaliser des projets d’une telle ampleur. C’est avec fierté que j’affirme faire partie de la Teuta Viviskes et, même si ce voyage ne peut être éternel, je ne puis que souhaiter qu’il reste prospère de nombreuses années encore.

Commenter cet article