Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entre Celtes et Ibères

Publié le par Joël Demotz

Entre Celtes et Ibères

Ces vacances pascales ont été l'occasion de faire une visite à Barcelone. La cité catalane, au-delà de la sangria et des ramblas, possède aussi un magnifique musée d'archéologie dont les collections peuvent grandement intéresser les reconstituteurs que nous sommes.

En effet, si le musée couvre une période très large, allant du paléolithique à l'occupation wisigothique (haut-moyen-âge), il consacre une très large part de ses pièces à la période antique, avec un accent sur les Celtibères de la Catalogne, région comprise dans la zone d'influence laténienne. Il est donc possible de trouver en parallèle des pièces du pur style continental avec des pièces typiques de la méditerranée.

Une des vitrines montre ce phénomène de façon très claire en plaçant côte à côte une falacta ibère et une épée longue à double tranchant laténienne. La falcata se reconnait aisément de part sa forme recourbée, qui provient du kopis grec, arme méditerranéenne par excellence. Il convient de noter que les Celtibères catalans avaient une préférence pour l'épée laténienne.

Pour rester dans le domaine des épées, une trouvaille de la neapolis d'Empùries (située sur la côte Nord de la Catalogne), ne peut manquer d'attirer l'attention. Il s'agit d'un dépôt d'épées de type laténien, semblables à celles utilisées dans nos régions. Celles-ci sont encore dans leurs fourreaux et elles ont été retrouvées avec leurs anneaux de suspension, donc probablement déposées avec leurs ceintures. Cette découverte permet de réaffirmer l'influence profonde de La Tène sur cette région.

Si les épées sont les armes les plus prestigieuses, il ne faut pas oublier que la majorité des guerriers celtibères étaient principalement armés de la même manière que chez nous, à savoir d'une lance et d'un bouclier. Ces boucliers pouvaient être de deux types: rond, typiquement ibère, et laténien, comme le montrent diverses images.

Pour conclure, la visite de ce musée permet d'ouvrir nos horizons sur l'influence de la culture de La Tène au-delà de nos frontières et de voir comment celle-ci se mélange avec les populations locales. Sur les dernières images, quelques illustrations de guerriers présentés par les celtibères de la Catalogne eux-mêmes, où il est possible de remarquer les différents attributs des deux cultures.

Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.

Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.

Voir les commentaires

Nous engager

Publié le par Artotragos/Sawyl

Vous êtes intéressés par nos activités ?

Nous pouvons vous proposer les animations suivantes:

1. Batailles scénarisées et duels (à l'interne ou en partenariat avec d'autres associations de reconstitution historique

2. Initiations au combat/au tir de javelots pour adultes et enfants

3. Campement historique complet pour animer une manifestation

4. Stand informatif sur l'armement celte (sous la période laténienne)

Si l'une ou l'ensemble de ces prestations vous intéresse, n'hésitez pas à nous écrire via le formulaire de contact et nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Nous engager
Nous engager
Nous engager
Nous engager
Nous engager
Nous engager
Nous engager

Voir les commentaires

Ils sont frais les boucliers!

Publié le par Joël Demotz

Avec le printemps revient le beau temps, et on peut aussi observer Viviskes sortir de sa torpeur hivernale et recommencer les entrainements. Pour préparer cette reprise et profiter du temps libre que l'hiver nous apportait, nous avons effectué une remise à neuf de notre armement défensif. Nous avons profité des connaissances de Guillaume Reich, chercheur au Laténium, pour réaliser une séance de peinture sur boucliers lors d’un week-end de rencontre entre reconstituteurs celtes et romains organisé début mars.

Pour que les peintures reconstituées se rapprochent le plus possible de celles qui ornaient les boucliers des guerriers de la Tène, celles-ci ont été réalisées avec une base de lait caillé à laquelle sont ajoutés, selon les envies de chacun, divers colorants attestés par les découvertes archéologiques et/ou par les textes. Il faut néanmoins se méfier avec l'interprétation de ces derniers, car les auteurs grecs ou latins ne sont jamais très objectifs en parlant des Galli ou des Keltoi.

Parmi ces colorants, citons l'ocre jaune, ou rouge, qui donne des couleurs vives à la peinture, mais on peut également réaliser du vert ou du noir. Une des couleurs les plus prestigieuses est sans doute le bleu d'Egypte, car pour obtenir celui-ci il est nécessaire d'importer des pigments depuis le sud de la Méditerranée. En porter sur son bouclier est donc un grand signe de prestige et de richesse.

Pour ce qui est des motifs, ils sont très variés, mais malheureusement l'archéologie n'a jamais retrouvé de boucliers peints, les conditions de conservation ne le permettant pas. Nous avons donc dû prendre diverses sources d'inspiration pour réaliser des dessins au plus proche de la réalité antique. Celles-ci sont tirées de l'iconographie de monuments, on peut citer par exemple l'arc d'Orange, datant d'entre 20 et 30 après J.-C., mais surtout de la céramique ou de la numismatique. On ne peut certes pas prouver que les mêmes motifs étaient utilisés, ce sont néanmoins les meilleures sources qu'il est possible de trouver en l'état actuel de nos connaissances.

Comme il est possible de le constater sur les images, les nouveaux boucliers ont été réalisés avec un système à spina, la pièce renforçant le centre du bouclier. Ce système est le plus courant lors la période celtique que nous avons choisi de représenter, même si les systèmes à umbos ronds font leur apparition. Ces spinas sont renforcées par des umbos rectangulaires rivetés au bouclier afin de protéger la main du guerrier de coups qui transperceraient le bouclier.

Armés de ces nouvelles pièces pimpantes, nous sommes donc parés pour la nouvelle saison qui sera riche en divers festivals, animations et autres activités, et nous nous réjouissons de vous retrouver lors de notre prochaine apparition publique aux fêtes du forum de Martigny !

Nos boucliers lors des entraînements et une photographie du fameux arc d'OrangeNos boucliers lors des entraînements et une photographie du fameux arc d'Orange

Nos boucliers lors des entraînements et une photographie du fameux arc d'Orange

Voir les commentaires