Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Saga des Helvètes, partie 3

Publié le par J. Demotz

La Saga des Helvètes, partie 3

Aventicum, 43 apr. J.-C., seconde année de règne de l'empereur Claude.

"-Mmmh, cette semoule aux amandes, rien de tel pour remplir un estomac vide! N'est-ce pas mon garçon? Bon, tu me demandais pour nos pères, n'est-ce pas?

-Oui, enfin!

-Alors, tu ne vas pas être déçu.

Tu te souviens des princes vivant sur nos terres dont je te parlais tout à l'heure? (voir : Saga des Helvètes partie 2). Il y a donc 500 ans environ, leur société s'est effondrée. Ne me regarde pas avec ces yeux rondes, je ne sais pas plus que toi pourquoi s'est arrivé. Mais il ne faut pas croire que tout a été détruit, pas du tout, c'est une réelle évolution qui a eu lieu.

Par quoi commencer ? Je sais! Quand j'étais en voyage en Etrurie (Toscane), il y a de cela quelques années, j'ai dit que j'étais helvète, et un paysan de la région m'a raconté une histoire qui se conte dans sa famille, en me disant qu’eux aussi avaient des racines helvètes! Tu me connais, j'ai demandé pourquoi il affirmait une chose pareille. Car s’il est vrai que les peuples de la plaine du Pô sont nos cousins celtes, que ferait un Helvète ici? Il m'a donc raconté qu'il y a 500 ans, à la période dont nous parlons, un Celte est venu ici. Cet homme, pour se faire reconnaitre, a pris une coupe et a gravé non pas son nom dessus, mais d'où il venait: eluveitie. Il a utilisé des lettres étrusques pour ça, et cette coupe gravée serait la première preuve écrite de notre peuple! Mais j'avoue que je ne crois pas trop à ces histoires...

A cette période donc, beaucoup de choses ont changé. Nous avons commencé à utiliser dans notre céramique et nos peintures de plus en plus de motifs avec des fleurs et des animaux fantastiques, mi-homme mi-bête. Et nous avons même fabriqué des bracelets en or avec ces types de peintures inspirées des grecs! Car même si les grands princes marchands ont disparus, les contacts sont restés et nos ancêtres aimaient toujours autant le vin.

La société a changé elle aussi. Comme tu peux bien l'imaginer, il est difficile pour nous de savoir à quoi elle ressemblait exactement, mais je sais que nos ancêtres vivaient en grande majorité dans des fermes réparties à travers le territoire. Il n'y avait pas de grandes villes comme ici, mais plutôt de nombreux hameaux et, en de rares occasions, des grandes agglomérations de maisons. On ignore où celles-ci pouvaient se trouver dans nos régions.

Ce qui est certain, par contre, ce sont les tombes. Tu te souviens de cette tombe de la princesse de Vix? Cette mode a changé, on ne retrouve plus de tombes si exceptionnelles, mais de nombreuses tombes plus petites. On a appelé ces tombes "plates", pour les différencier des grands tumuli d'avant.

Sur cette période, j'ai encore deux sujets dont j'ai envie de te parler. Tu as le choix entre un roi-guerrier et un pont. Par quoi veut tu que je commence mon garçon?

-Par le roi guerrier, c'est évident!

-Je n'en attendais pas moins de toi.

Bien, malgré tout, tu dois savoir que ce roi n'est pas helvète, mais d'une autre tribu gauloise. Mais je me devais de te raconter son histoire dans les grandes lignes. Ce roi, que l'on nomme Brennos, a été un grand héros de ce temps. Il a réussi à unifier quelques tribus gauloises, un grand exploit car à cette époque, les tribus aimaient à combattre les unes contre les autres et les rivalités étaient fortes, et il a marché sur Rome. Oui, la fameuse, la grande! Mais en ce temps-là, il y a 400 ans (vers -390 av. J.C.), ce n'était encore qu'une grande ville qui contrôlait difficilement une petite partie de l'Italie. Il a donc marché sur la cité et a vaincu les armées romaines près d'un fleuve, l'Allia. Là, il a exterminé tous les Romains, mis le siège devant la ville et poussé les survivants à la reddition. Il a mis en place une grande balance pour recevoir un tribut en or, et quand le chef du sénat s'est plaint de ce que la balance était truquée, il a prononcé une phrase restée célèbre: "Vae victis!" ("Malheur aux vaincus!"). Il a tellement terrifié les Fils de la Louve que nous sommes devenu leur pire cauchemar pour des siècles!

Bon, le pont maintenant. Ce pont était situé non loin d'ici, au bord du lac (La Tène, lac de Neuchâtel). Cet endroit, qui a été bâti il y a 200 ans, était un lieu très important pour nous. Si j'avoue ne pas savoir très bien quelle était son utilité, mis à part que sa forme est celle d'un pont, il n'y a aucun doute sur son importance. J'ai été il y a deux étés faire un voyage dans cette région, car la rivière est riche en poissons, et j'ai vu encore des restes de ce pont. Si quelqu'un se jetait à l'eau et grattait la vase, il pourrait trouver des vrais trésors. J'ai aperçu un fourreau d'épée briller au fond de l'eau, ainsi que des pointes de lances! Cet endroit a été le témoin de très nombreux sacrifices, mais il est abandonné depuis. Mais je te prédis que cet endroit, un jour, sera très connu dans le monde. Peut-être même qu'il donnera son nom à notre époque, qui sait? (nda: second âge du fer, ou période de La Tène).

-Tu radotes grand-père...

-Je sais... mais cette époque est glorieuse et parfois je me dis que je suis né trop tard. C'était une belle époque. Mais tu vas adorer la suite!

Bibliographie:

KAENEL G., L'an -58, les Hélvètes, Archéologie d'un peuple celte. Grandes dates, Lausanne, 2012

MEGAW J. V. S., Deux bracelets de La Tène ancienne de Suisse occidentale, In: Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie 58, Zurich, 1974

http://latenium.ch/

Images:

Coupe de Mantoue et son inscription (eluveitie).

Vue d'artiste de la bataille de l'Allia.

Exemples de bracelets en or provenant de Berne, CH

Restitution du pont de La Tène.

La Saga des Helvètes, partie 3
La Saga des Helvètes, partie 3
La Saga des Helvètes, partie 3
La Saga des Helvètes, partie 3
La Saga des Helvètes, partie 3

Voir les commentaires

Assemblée d'automne 2014

Publié le par J. Demotz

Assemblée d'automne 2014

Le 8 novembre, la Teuta s'est réunie pour notre traditionnelle assemblée d'automne, afin que 2015 soit préparé dans les meilleures conditions. Après avoir fait le bilan de cette année 2014 qui aura été très profitable sous tout rapports, nous avons préparé les projets de 2015, avec de nombreuses animations déjà au programme, et avons présenté nos 7 nouveaux membres ainsi que le retour de deux anciens, ce qui porte le total de nos membres actifs à 44.

Après cette assemblée proprement dite, nous avons eu le plaisir d'avoir deux conférences. La première de notre responsable costumes, pour un rappel des sources utilisables et utilisées, soit une bonne introduction pour les nouveaux et un rappel toujours bienvenu pour les anciens. La suivante était donnée par M. Laurent Flutsch, directeur du Musée Romain de Vidy, Lausanne, qui a présenté son livre Passé présent: Lousanna ou l'antiquité d'actualité..., que nous remercions encore une fois pour sa présence.

Merci encore à vous tous qui suivez nos actions que se soit à travers de notre page Facebook ou de notre blog, et si vous avez des questions ou des propositions, nous serons heureux de vous répondre par mail ou par téléphone!

Assemblée d'automne 2014
Assemblée d'automne 2014

Voir les commentaires

Celtes et Germains...les mêmes barbares?

Publié le par J. Demotz

Celtes et Germains...les mêmes barbares?

Quand les Grecs et les Romains parlent des peuplades les entourant, ils emploient à de nombreuses reprises le nom de "barbares". Ce nom a été repris dans notre imaginaire moderne et désigne un homme (ou une femme) sauvage vêtu de quelques peaux de bêtes et/ou de cuir moulant. Comme on peut l'imaginer, c'est loin du sens premier de ce nom qui désigne tout simplement des étrangers: pour un Grec, un Perse (sur l'actuel territoire de l'Iran), un Scythe (peuple du Nord de la Caspienne), un Thrace (un des peuples des Balkans au nord de la Grèce), un Germain ou un Gaulois seront tous des barbares sans grande distinction.

Bien que les Grecs aient été conscients des différences entre les peuples étrangers, ils ne se sont guère intéressés à les approfondir et il faut attendre l’expansion romaine pour que des auteurs anciens s'intéressent aux peuples au Nord des Alpes: les Celtes et les Germains. Ces deux peuples ont eu des destins qui se sont souvent croisés, voire mêlés, et dont les différences ne sont parfois pas très claires. Avec l'aide de deux auteurs romains, Jules César (-100, -44) et sa Guerre des Gaules ainsi que Tacite (58-120) et La Germanie, nous allons expliquer les différences entre les deux peuples avec un focus final sur les guerriers et la manière de combattre des deux peuples.

Tout d'abord, une petite précision sur ces auteurs est nécessaire. Il ne faut jamais perdre à l'esprit que ce sont des Romains parlant de peuples étrangers et donc avec des biais et des déformations possibles: César écrit avant tout un ouvrage de propagande politique pour justifier les coûts des guerre qu'il a mené durant sept ans en Gaule, et Tacite écrit sur un peuple très peu connu et ayant combattu Rome à de nombreuses reprises, tout en colorant son ouvrage d'une teinte très morale. Pour lui, il s'agit de montrer certaines vertus propres aux Germains pour dénoncer les vices de la société romaine. Il convient aussi de préciser qu'entre César et Tacite 200 ans ont passés et que les choses ont pu changer des deux côtés du Rhin: la situation que décrit Tacite n'est pas celle que César a pu vivre.

Première chose à définir, le contexte géographique. Germains et Gaulois ne vivent pas dans mêmes territoires. La Germanie, suivant Tacite est définie à l'Ouest par le Rhin depuis la Mer du Nord jusqu'à la Forêt Noire. La frontière Sud commence au Mont Abnoba, mont de ladite forêt et suit le Danube jusqu'aux Carpates. Celles-ci forment, avec la Vistule (fleuve) la frontière Est. Il faut noter que le Danemark et la Suède sont compris dans la Germanie, la Suède étant perçue comme une grande île et la Norvège est inconnue, mais sans doute aussi peuplée de peules pas très éloignés des Germains septentrionaux (du Nord).

Ensuite, il faut savoir que les Germains sont loin de former une seule nation unie, ce en quoi ils sont très semblables aux Celtes: les guerres entre peuples sont foison. Tacite dit d'ailleurs un propos très intéressant à ce sujet. Il affirme que pour les tribus un grand honneur est d'avoir le plus de terre vide autour de son territoire: preuve de sa puissance capacité à repousser ailleurs les peuples voisins.

Comme les Celtes, les Germains sont aussi adeptes des grandes migrations, la plus célèbre et dévastatrice ayant été celles des Cimbres (actuel Danemark) et Teutons (Nord de l'Allemagne), qui sera traitée dans un article prochain. On retrouve donc certains peuples germains vivant hors de Germanie. Ce mélange est particulièrement fort sur l'actuelle Belgique avec les Nerviens ou les Trévires, en Germanie, qui se targuent d'avoir des origines germaniques.

De même, certains peuples celtes sont originaires de la Germanie, dont un nous touche particulièrement. En effet, selon Tacite toujours, les Helvètes sont issus de Bavière et se sont déplacés à la suite de migrations et de conflits avec leurs voisins. On peut donc observer que les frontières sont parfois difficile à établir avec précision et que les classifications sont ardues.

Parlons maintenant des guerriers germains de César, puis de la description de Tacite.

César, dans ses combats contre les différentes tribus gauloises, parle à plusieurs reprises de cavaliers germains s'opposant aux cavaliers gaulois. En effet, les Gaulois possédaient une très forte cavalerie, et de bons chevaux. Les Germains aussi étaient friands de chevaux, mais les leurs étaient de qualité médiocre, c'est pourquoi César leur en fourni. Cette cavalerie lui a permis de gagner de nombreuses batailles en ajoutant à la force brute des légions une flexibilité et une vitesse importante.

Lire Tacite contredit quelque peu César, car il décrit les guerriers germains comme étant avant tout des fantassins mais il ne faut oublier que les temps ont changés. Cependant, ils possèdent une infanterie légère remarquable, et les deux groupes combattent souvent mélangés. Il offre aussi une description de l'armement remarquablement précise. Tacite écrit que les Germains sont rares à utiliser la grande lance et le glaive, armes gauloises par excellence, se contenant de framées, courtes piques avec un fer réduit et de boucliers, qu'ils rehaussent de couleurs. Il précise aussi que les armures sont rares, tout au plus quelques casques de cuir ou de fer.

Un dernier point mérite d'être relevé: l'usage de nombreux traits est souligné: faire pleuvoir les javelots semble avoir été une tactique couramment employée, ainsi que la guérilla, peu utilisée par les Gaulois.

Nous avons donc deux peuples certes voisins et dont les ressemblances sont proches, mais aussi très différents sur certains points, mais il serait trop long de tous les énumérer. Toutefois, il ne faut pas oublier un dernier point: aussi loin que l'Histoire nous est connue, des peuples germains et celtes se sont fait la guerre. Une preuve de plus que tous ces barbares avaient chacun une culture propre et ne se sentaient en aucun cas unis face aux "civilisés" comme peuvent parfois le laisser penser les représentations hollywoodienne de l'Antiquité.

Sources:

TACITE, La Germanie, Arléa, Paris, 2011

JULES CESAR, La guerre des Gaules, Flammarion, Paris, 1964

Images :

Restitution de la bataille de Teutobourg. Arte.tv

Restitution de guerriers germains par G.A. Embleto.

Reste d'une framée. Delacampe.net

Celtes et Germains...les mêmes barbares?
Celtes et Germains...les mêmes barbares?
Celtes et Germains...les mêmes barbares?

Voir les commentaires