Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Saga des Helvètes, partie 5

Publié le par J. Demotz

La Saga des Helvètes, partie 5

Aventicum, 43 apr. J.-C., seconde année de règne de l’empereur Claude.

"-Cette potée est vraiment un délice pour mes vieilles papilles! Tu as donc bien mérité la suite de l'histoire. J'en étais où déjà?

-Les grands sacrifices avant le départ de Divico! Tu m'as fait attendre, allez conte moi la suite!

-Très bien, très bien.

Mais avant, il faut que tu saches un peu plus sur ces Tigurins. Comme tu le sais, même si nous sommes maintenant tous sous la domination de Rome, ces territoires, sur le Plateau, étaient déjà organisé autour d’un peuple. Ces gens étaient renommés pour plusieurs choses. La première était leur puissance dans la guerre: ils menaçaient leurs voisins et étaient endurcis par le contact avec les Germains vivant au Nord. A force de les combattre, ils avaient aussi beaucoup de richesses! Tu l’avais bien compris, je parle de nos pères, les Helvètes.

-Je ne suis pas bête grand-père...

-Parfait! Tu savais donc déjà que ceux-ci, même si ils étaient unis en une seule grande tribu, étaient répartis en quatre cantons, chacun étant indépendant des autres, même s’ils étaient appelés Helvètes par les autres. Malheureusement, je ne me souviens que de celui qui a le plus marqué notre histoire: les Tigurins. On ne sait pas exactement dans quelle partie de la plaine ils vivaient, mais bon, sans doute pas très loin d'ici si le mont sacré n'était pas très loin. *

Divico, dont je parlais à l'instant, était le jeune chef du canton des Tigurins. Il a donc suivi les Cimbres et les Teutons vers le sud de la Gaule, et a commencé à faire du butin (env. 110 av. J.-C.). Après 4 ans, il s'est retrouvé dans la région de Tolosa, sur le territoire des Volques Tectosages (région de Toulouse). Ici, il a aidé le peuple qui avait décidé de se rebeller contre Rome. En apprenant ces nouvelles, ainsi que la menace des peuples germaniques, Rome a envoyé une armée pour battre les Tigurins. Mais Divico était un malin, il n'a pas combattu les Romains tout de suite. Car tu sais, les Tigurins n'étaient pas très nombreux, comparés aux autres peuples, je pense qu'il devait y avoir environ 45'000 personnes, pour environ 15'000 guerriers. Et Rome a envoyé une armée consulaire entière, ce qui donne deux légions, donc 9'000 soldats! Et, de plus, ces légionnaires sont de sacrés combattants!

Divico a donc choisi la retraite vers le Nord, mais c'était une ruse. Dans la région d'Aginium (Agen), il a tendu une grande embuscade au consul et a attaqué! Une grande victoire de nos pères! Ils ont tués le consul lui-même, L. Cassius, ainsi que l'un des deux légats de la légion, Lucius Pison. C'était le père du beau-père de César! Celui-ci en a gardé une grande rancune qui a suivi longtemps. Et après cette victoire, Divico a pris la moitié de tout l'or de l'armée romaine et a fait passer sous le joug tous les survivants! Une grande victoire pour notre peuple! (107 av. J.-C.)

Et encore mieux, peu de temps après, ils ont rejoint les Cimbres et les Teutons et ont affronté une énorme armée romaine! 80'000 légionnaires et 40'000 auxiliaires, contre environ 200'000 guerriers. Quand je te disais que les Tigurins n'étaient pas très nombreux. Et la victoire a été totale! Les légions ont été balayées, sans doute une des plus grandes défaites romaines! (105 av. J.-C.)

Malheureusement, après cette grande victoire, les choses se sont compliquées. Les Teutons et les Cimbres sont partis en Ibérie faire du butin, et Rome a pu rappeler un général d'Afrique, Marius, sans doute le meilleur général de cette période. Ce général était un ancêtre de celui qui nous a vaincu, César. Son nom était Marius. Celui-ci a pu reconstituer une armée et a pu d'abord combattre les Teutons à Aquae Sextiae (Aix-en Provence), qu'il a anéantis. (102 av. J.-C.) Puis, environ un an après, il a enfin combattu les Cimbres. La bataille a été féroce, mais Marius a réussi à vaincre les guerriers et à la fin ce sont les femmes des Cimbres qui ont combattu les légionnaires alors que les guerriers fuyaient, préférant la mort que l'esclavage! Ne rigole pas, des vraies louves. J'ai eu d'ailleurs une aventure avec une Germaine une fois, mais je te raconterai ça quand tu seras plus âgé.

Et les Tigurins dans tout ça? Je t'ai dit que Divico était un malin, il a pu sauver son peuple en repassant les Alpes et s'est réinstallé dans la région. Ce n'est pas très glorieux, mais malin! Les Tigurins avaient donc fait beaucoup de butin et de gloire et ils impressionnaient tous les peuples voisins.

Et la suite? Je vais te la raconter tout de suite, mais ce sont des épopées tragiques. Tu es prêt?

-Oh oui!

Alors..."

*Voire la saga des Helvètes 4.

Note: Pour plus de précisions sur les peuples germaniques, voir l'article Celtes et Germains, les mêmes barbares?

KAENEL G., L'an -58, les Hélvètes, Archéologie d'un peuple celte. Grandes dates, Lausanne, 2012

GUYONVARC'H C.-J., LE ROUX F., La civilisation celtique, Payot, 2001

JULES CESAR, La guerre des Gaules, Flammarion, Paris, 1964

CARRON N., BOURQUI Y., DEMOTZ J., Batailles des guerres cimbriques: répertoire de sources. Séminaire de recherche dirigé par LUGINBÜHL T. Université de Lausanne, 2014

Images:

Carte de la migration des Cimbres et Teutons. Wikipédia.

Hypothèse de restitution du déroulement de la bataille d'Agen. J. Demotz

Buste du général Marius. Wikipédia

Tableau représentant le passage des Romains sous le joug après la bataille d'Agen.

La Saga des Helvètes, partie 5
La Saga des Helvètes, partie 5
La Saga des Helvètes, partie 5
La Saga des Helvètes, partie 5
La Saga des Helvètes, partie 5

Voir les commentaires

Paroles de reconstituteurs 4

Publié le par Florent Schroeter

Paroles de reconstituteurs 4

Par Florent Schroeter, alias Catuvolcus, secrétaire et ancien garde-sel de la Teuta Viviskes

Trois années se sont déjà écoulées depuis mon entrée dans l’association Viviskes, entrée permise – ou causée -, comme de nombreuses autres, par la véhémence, les encouragements et la sympathie des quelques membres que je connaissais déjà grâce à d’autres rencontres.

De nombreuses personnes écarquillent les yeux lorsque je mentionne ce hobby : il n’est en effet pas commun qu’un étudiant en 1ère année de Master en Médecine à Lausanne s’intéresse autant à l’Antiquité, et encore moins via la reconstitution historique. L’aspect martial que l’on retrouve dans Viviskes apporte de plus un très bon complément à ma pratique du karaté et du kobudo d’Okinawa, notamment de par son approche plus expérimentale.

Ainsi, la reconstitution me permet réellement d’avoir un équilibre par rapport aux autres activités que je pratique, équilibre qui est pour moi la base d’une bonne qualité de vie.

L’ambiance et la motivation exceptionnelles au sein de notre association sont, à mon avis, deux facteurs clés rendant cette activité unique et permettant à des projets comme « Les Celtiques de Vivisco », notre festival celtique à Vevey, d’être réalisés à partir de presque rien. La reconstitution a cette magie de pouvoir réunir des individus de tous horizons qui, sans elle, n’auraient probablement jamais pu lier des liens tels qu’il en existe chez nous. Dès qu’un nouveau venu arrive, il est très rapidement entouré et s’intègre rapidement dans la Teuta. Plus qu’une association, il s’agit d’un groupe de personnalités uniques dont j’ai la chance de faire partie.

En plus de tous ces avantages, la taille modeste et le jeune âge des membres de notre association permettent très rapidement de pouvoir s’investir dans la vie de l’association. Ainsi, il arrive parfois qu’un membre un tant soit peu motivé – ce fut mon cas - reçoive un appel un dimanche soir lui annonçant qu’il lui est offert la place de trésorier. La prise de simples opportunités et de quelques initiatives nous pousse donc rapidement sur le devant de la scène et conduit fréquemment à ce genre d’appel. De plus, les rôles au sein du comité changent fréquemment, de manière à ce que chacun puisse être à une place qui lui convienne. C’est ainsi que, pour élargir mon champ d’action, j’ai laissé il y a quelques semaines derrière moi mon rôle de gardien du trésor pour prendre celui du secrétaire, ou scribe pour les intimes.

Je profite de cette chronique pour jeter un regard en arrière et je me rends compte réellement que l’investissement dans un comité ou dans des projets comme la première édition des « Celtiques de Vivisco » nous permet de développer des aptitudes qu’il n’est pas possible d’acquérir dans des classeurs, au contraire de mes études. Or, ces compétences voient leur utilité dépasser le cadre de la reconstitution, puisqu’elles facilitent également grandement l’interaction dans des groupes de travail ou – pour prendre un exemple qui me concerne plus – dans une équipe de soins médicaux.

Participer au moins une fois aux activités d’une telle association est donc pour moi une occasion unique dont il faut profiter car, à ma connaissance, peu d’autres groupes parviennent à réaliser des projets d’une telle ampleur. C’est avec fierté que j’affirme faire partie de la Teuta Viviskes et, même si ce voyage ne peut être éternel, je ne puis que souhaiter qu’il reste prospère de nombreuses années encore.

Voir les commentaires

Une AG au groin!

Publié le par Florian M.

Une AG au groin!

Samedi 14 mars, toute la tribu Viviskes s'était donné rendez-vous pour notre traditionnelle Assemblée Générale de printemps. Cette réunion a permis aux membres de faire le bilan de l'année écoulée, partager des idées à mettre en oeuvre l'année prochaine et, d'une manière plus générale, de revoir des amis perdus de vue depuis longtemps.

Avec la stabilisation du nombre de membres, nous avons pu constater que nos efforts de formation (ateliers, mini-conférences), portaient leurs fruits et que les Viskeux étaient de plus en plus rompus à l'histoire celtique et à l'histoire du costume. Côté combat, le responsable entraînement a relevé un certain affaiblissement de nos combattants auxquels nous nous sommes proposés de remédier par des entraînements plus intensifs et également axés sur les mouvements de troupes.

Administrativement, le comité s'est représenté sous une nouvelle formule, permettant ainsi au président de prendre une retraite bien méritée pour revenir à un de ses domaines de prédilection: la trésorerie, tandis que le vice-président reprenait la présidence et que l'ancien trésorier s'est vu élire par acclamation au secrétariat. Le comité a aussi accueilli Joël Demotz, en master d'archéologie, au poste de vice-président!

Après la conclusion de la partie officielle de cette Assemblée Générale, toute la tribu a découvert avec admiration les avancées de Jean-Marie Corona sur le carnyx que Viviskes lui avait commandé. Nous avons été réellement stupéfaits par l'étendue du travail demandé pour réaliser ce qui s'annonce déjà comme une pièce exceptionnelle dans le monde de la reconstitution. Notre forgeron a en effet entièrement réalisé le carnyx en bronze repoussé afin de rester fidèle aux découvertes archéologiques de Tintignac.

Enfin, nous avons terminé cette journée par une dégustation de bières à Amstein, où nous avons également pu écouter avec plaisir les anecdotes historiques de Yan Amstein sur ce breuvage multimillénaire et aux aventures surprenantes!

Une AG au groin!
Une AG au groin!
Une AG au groin!

Voir les commentaires

Des Celtes au Carnaval!

Publié le par Florian Mottier

Des Celtes au Carnaval!

Le 21 février dernier, une troupe de Celtes motivés est allé défiler au Carnaval de Chambéry. En effet, cette année, le carnaval tournait autour de l'Histoire et c'est donc aux côtés d'Egyptiens antiques, de Cros-Magnons et de costumes renaissances sans oublier de vaillants légionnaires que nous avons eu le privilège de défiler.

Certes, ce genre de réjouissances n'est pas à proprement parler "celtique", cependant, cette après-midi nous a permis de rencontrer d'autres troupes d'histoire vivante, comme les Romains de la Légion VI Victrix avec lesquels nous avons pu échanger sur nos activités de reconstituteurs. De plus, ce carnaval a été une fantastique occasion de tester la solidité de notre équipement sous une neige acharnée. Verdict: le sayon et le cucullus sont assez bien adaptés au froid, mais le système d'étanchéité de nos chaussures en cuir devrait être perfectionné.

Cette sortie marque également l'apparition officielle du tout dernier venu dans notre tribu, notre belle enseigne en bronze, que nous avons enfin pu monter sur un support adapté. Au milieu des affrontements que nous avions mis en place pour animer le cortège, nous avons pu nous rendre compte de l'efficacité de ce support pour nous rallier et transmettre les mouvements aux différentes troupes.

Un grand merci à l'équipe d'organisation de Chambéry qui nous chaleureusement accueilli malgré le froid, la neige et la tempête!

Merci à Gilles Garofolin de nous avoir laissé réutiliser ici ses superbes photos!

Des affrontements épiques sous une neige battante!

Des affrontements épiques sous une neige battante!

Un défilé plein de bruit et de fureur

Un défilé plein de bruit et de fureur

Voir les commentaires

Un hiver culturel

Publié le par Laurène

Un hiver culturel

Entre deux épisodes de la saga des Helvètes (que je vous conseille de lire si ce n'est pas déjà fait), voici des nouvelles de l'association.

Durant ces dernières semaines d'hiver, nous avons organisé plusieurs activités internes afin de permettre aux membres de l'association de développer leur culture antique.

En janvier, une quinzaine d'intéressés s'est déplacée au Laténium à Neuchâtel pour une visite guidée du musée. Pour l'occasion, nous avons même eu la chance de nous rendre dans les dépôts visitables qui, contrairement à ce que leur nom pourrait laisser croire, sont fermé au public en temps normal.

Cette petite migration fut en résumé très utile aux anciens pour se rafraichir la mémoire et aux nouveaux pour découvrir les richesses du patrimoine laténien suisse.

Le week-end passé, c'est sur Lausanne, à l'université, que nous nous sommes rendus. En prévision de notre prochaine animation au carnaval de Chambéry, il était indispensable que tous soient bien chaussés.

Lors de cet après-midi, certains se sont découpés leur premières carbatinae tandis que d'autres les renforçaient.

Le soir, avec Sara que je remercie, nous avons donné une conférence sur le banquet celte en écho au banquet que nous avions organisé en octobre passé au village lacustre de Gletterens (http://viviskes.overblog.com/2014/10/viviskes-au-banquet.html)

La conférence a été suivie par la projection des photos du dit banquet.

C'est ainsi de manière plus décontractée que c'est terminé ce week-end.

Quelques lances du Laténium

Quelques lances du Laténium

Conférence

Conférence

Atelier chaussures et conférence
Atelier chaussures et conférence
Atelier chaussures et conférence

Atelier chaussures et conférence

Voir les commentaires

Imbolc, la fête du premier Février

Publié le par J. Demotz

Imbolc, la fête du premier Février

Il se dit parfois que le premier jour de février se célébrait dans le monde celte la grande cérémonie d'Imbolc. Mais avant de lever nos verres pour honorer cette tradition, il serait bon de se pencher sur ce qu'elle représentait réellement et sur ce que l'on connait historiquement à son sujet.

Imbolc fait partie des quatre grandes fêtes connues dans le calendrier celtique, avec Samain (1er novembre), Belteine (1er mai) et Lugnasad (août, date précise incertaine). Une date importante donc, mais à propos de laquelle nos informations restent malheureusement maigres.

Comme pour beaucoup de traditions de ce type, le premier réflexe est de se tourner vers l'Irlande, seule région d'Europe celte à n'avoir jamais subi d'occupation romaine et dans laquelle la survivance des coutumes et du folklore celte est donc bien plus forte. Cela permet parfois d’obtenir quelques pistes sur la situation antique, avec toutes les précautions nécessaires quant à comparer deux états géographiques et temporels différents d’une même culture.

En Irlande médiévale, à la date du 1er février se fêtait la Sainte Brigitte, sainte qui protégeait la maisonnée contre les tempêtes et les malheurs durant l'année, avec un rituel bien précis: des fagots sont réunis et l'on fait un mannequin qu’on habille et que le maître de maison fait se déplacer en demandant la purification du foyer. Avec cette paille, on tressera ensuite des croix et le mannequin sera remisé dans une grange, son manteau servant de protection pour l'homme -souvent pêcheur et donc le plus exposé- contre les tempêtes. C'est aussi l'occasion de nettoyer à fond la maisonnée, de donner de la paille fraiche aux animaux et de baratter du beurre, la fête n'étant pas considérée réussie si le beurre n'est pas présent.

Ces survivances indiquent plusieurs choses. Tout d'abord: la fête est dédiée à Sainte Brigitte dont le culte est aussi important que celui de Saint Patrick en Irlande, est une sainte de première importance et il est très probable, mais non prouvé, qu'elle soit la survivance chrétienne de Brigit, déesse mère de l'Irlande préchrétienne. Cela pourrait donc être une cérémonie à son honneur pour demander sa protection durant l'année. Ensuite, avec le nettoyage de la maison et les aliments mis en bon ordre, il serait possible d'avancer que cette cérémonie sert de purification pour le reste de l'année.

Toujours dans les textes irlandais, Imbolc est citée durant la grande histoire de Cuchulainn, héros des héros de l'Irlande celtique. Malheureusement les textes sont laconiques: il nous est dit que le champion aurait combattu sans repos du lundi de Samain au mercredi après Imbolc. Il dormira durant trois jours, durant lesquels Lug vient le guérir de ses blessures. Ce passage, certes très intéressant, n'offre guère d'informations mis à part qu'Imbolc est un repère temporel bien établi. Car si c'était Brigit, ou une déesse mère qui était venu le soigner, nous aurions pu élaborer des liens et des hypothèses, mais rien de tel ici.

Dans les autres sources, il serait possible de citer le calendrier gaulois de Coligny, qui sera utilisé jusqu'au IIème apr. J.-C., et dont des traces se retrouvent sur un grand pilier offert par une puissante congrégation de navigateurs à Paris: le Pilier des Nautes. L'étude de ce pilier tend à renforcer l'idée de la présence de cette fête sur le continent, mais n'offre aucune information sur les détails du culte.

En conclusion, Imbolc serait une fête de purification et de lustration, placée sous la protection d'une déesse-mère, bien que ce point est impossible à affirmer avec certitude. Les sources sont trop faibles pour pouvoir affirmer grand chose de plus sur les rituels accomplis, malgré la certitude de l’existence de cette fête.

Bibliographie:

JACOMIN B., Le pilier des Nautes de Lutèce, Astronomie, mythologie et fêtes celtiques. Paris, 2006

LE ROUX F., GUYONVARC'H C.-J., Les fêtes celtiques, Rennes, 1995

LE ROUX F., GUYONVARC'H C.-J., La civilisation celtique, Rennes, 2000

GUYONVARC'H C.-J., Magie, médecine et divination chez les Celtes, Paris, 1997

Images:

Restitution du calendrier gaulois de Coligny

Vue d'artiste du héros Cuchlainn

Maquette du pilier des Nautes de Lutèce

Gravure du XIXème des Saints d'Irlande, Sainte Brigite à droite.

Imbolc, la fête du premier Février
Imbolc, la fête du premier Février
Imbolc, la fête du premier Février
Imbolc, la fête du premier Février

Voir les commentaires

La Saga des Helvètes, partie 4

Publié le par Demotz J.

La Saga des Helvètes, partie 4

Aventicum, 43 apr. J.-C., seconde année de règne de l’empereur Claude.

"-Alors, c'est quoi la suite?

-Aaaah, ce sont mes moments préférés, l'époque de la grande victoire, l'époque des héros!

Mais commençons par le commencement. Cette époque commence il y a environ 250 ans (env. 200 av. J.-C.) , et la société continue d'évoluer dans notre région. Tu te souviens, je te parlais des villages dans la campagne, du fait qu'il n'y avait pas de villes dans nos régions... Et bien, cela a changé. A cette époque de grands centres fortifiés ont commencé à se construire: les oppida* . Les plus proches de nous étaient situés sur le Mont Vully (nda: nom antique inconnu), près du lac, et un autre, parmi les plus grands était situé à Brenodurum (Berne), dans les boucles du fleuve (L'Aar). Tu vois, loin de l'image de barbares vivant dans la forêt: de grandes villes avec un conseil de nobles, comme les sénats actuels!

Je dois te dire une chose sur ces nobles, car ils sont bien différent de maintenant. Ceux-ci avaient le pouvoir non seulement sur la vie quotidienne, avec le contrôle des champs, de mines et de troupeaux, mais aussi sur la vie spirituelle, avec la religion. Mais je ne vais pas trop m'étendre sur le sujet, peut-être un autre jour. Ces nobles avaient avec eux un grand nombre d'ambactes. Ces gens étaient des guerriers, mais qui n'étaient pas assez riches pour être indépendant, ou qui ne le voulaient pas. Ils mettaient donc leur épée au service d'un noble plus riche qu'eux.

En plus de ces nobles, il y avait des personnages très importants: les druides! Tu as déjà dû entendre parler d'eux, mais on ne sait plus grand chose à leur sujet... Ce qui est certain, c'est qu'ils étaient centraux dans la société. Comme nous n'avions pas d'écriture, ils étaient la mémoire du peuple: ils connaissaient les légendes, mais aussi les lois. Ils s'occupaient des dieux, mais aussi des hommes, en servant de juges. C'est pourquoi César les a fortement combattu, mais j'y reviendrai plus tard.

Je te parlais des guerriers, je vais te dire un mot sur leurs armes! L'arme la plus commune était la lance, ou la javeline. Ces armes sont très efficace: avec une lance, tu peux non seulement piquer avec la pointe, mais aussi, comme ça, tchak!, trancher le bras d'un adversaire!

-Grand-père! Tu me fais peur!

-Désolé mon garçon.

Ces lances étaient utilisées comme armes au corps à corps, on ne les lançait pas, malgré leur nom. Pour ceci, il y avait les javelines, qui y ressemblaient beaucoup, mais plus courtes, entre 100 et 150 cm. Ou, pour continuer avec le combat à distance, la fronde! Utile pour chasser les oiseaux, le lièvre, mais aussi pour la guerre: une bonne pierre de 500 grammes peut faire du dégât!

Mais les armes les plus prestigieuses étaient les épées: plus longues que les glaives romains, mais encore pointues: une arme avec laquelle il était possible de donner des coups de taille, mais aussi d'estoc.** C'étaient des chefs-d'œuvre de forgerons, avec des fourreaux qui donnaient beaucoup de prestige à leur porteur. Avec ces armes, on trouve les boucliers, mais aussi les casques et les cottes de mailles. Tu sais d'ailleurs que c'est nous, Celtes, qui les avons inventées, et que les Romains ont trouvé tellement bien qu'ils nous ont copié?

A cette époque, il y a environ 150 ans, des rumeurs ont commencé à se propager dans le Nord, sur un grand peuple qui aurait quitté sa terre natale pour descendre vers le Sud: les Cimbres, venu de la péninsule cimbrique! (Danemark). A ceux-ci se sont joints deux peuples du Nord de la Germanie, les Teutons et les Ambrons. Ces peuples ont commencé à descendre le Danube et sont arrivés dans la région de Norique (Autriche), et ont commencé à se battre avec les Taurisques, les habitants de la région. Tu sais, à cette époque, Rome était une puissance importante, et alliée avec ce peuple. Elle a donc envoyé une troupe pour arrêter ces envahisseurs... et à Noreia, elle a été vaincue! C'était un grand choc, car Rome n'avait plus connu de défaite depuis presque un siècle!

Heureusement pour eux, les Cimbres et leurs alliés ne se sont pas dirigés en Italie. Ils sont passés dans le Sud de la Germanie et là, un peuple c'est joint à eux...

-Qui ça? D'autres Germains?

-Presque! Une fraction d'un peuple qui vivait dans la région: Les Tigurins, l'une des quatre grandes tribus helvètes! De fiers guerriers, très puissants. mené par un chef jeune mais très renommé: Divico!

Mais avant de partir, ils ont demandé aux dieux une protection sur leur chemin, et ils ont réalisés de très grands sacrifices sur un mont sacré. Ce mont, (Le Mormont), n'était pas situé très loin d'ici (La Sarraz, canton de Vaud). Là, ils ont sacrifiés un très grand nombre d'animaux, des bœufs, des cochons et même de grands chevaux, importés du Sud, d'une très grande valeur. Avec ces animaux, un très grand nombre d'objets très précieux et utiles... mais presque pas d'armes. Etonnant, non? Enfin, c'est ce dont on se souvient... peut-être que la légende est fausse, qui sait?

Une fois ces grands sacrifices fait, ils se sont mis en route... Pour m'apporter le dîner! Allez, allez!

-Grand-père! Tu n'as pas le droit!

-J'ai tous les droits mon petit! Si tu veux la suite, je veux mon repas!

-Bon, bon..."

* Pour plus d'informations sur ce point, voir l'article sur le sujet: http://viviskes.overblog.com/2014/06/les-oppida-de-romandie.html

**En effet, au contraire des épées de La Tène finale, les épées de La Tène moyenne possèdent encore des pointes, qui disparaissent peu avant le début de la guerre des Gaules.

Bibliographie:

KAENEL G., L'an -58, les Hélvètes, Archéologie d'un peuple celte. Grandes dates, Lausanne, 2012

CARRON N., BOURQUI Y., DEMOTZ J., Batailles des guerres cimbriques: répertoire de sources. Séminaire de recherche dirigé par LUGINBÜHL T. Université de Lausanne, 2014

http://latenium.ch/

http://www.musees.vd.ch/musee-darcheologie-et-dhistoire/fouilles-du-mormont/

Images:

Crâne de cheval du Mormont.

Sceau et céramique du Mormont.

Épée, fourreau et lance de La Tène (Laténium)

Plan de l'oppidum de Brenodurum (Berne)

Portrait d'un noble avec lance et bouclier de La Tène Moyenne.

Restitution du rempart du Mont Vully

La Saga des Helvètes, partie 4
La Saga des Helvètes, partie 4
La Saga des Helvètes, partie 4
La Saga des Helvètes, partie 4
La Saga des Helvètes, partie 4
La Saga des Helvètes, partie 4

Voir les commentaires

Billet d'humeur!

Publié le par Artotragos

Billet d'humeur!

Petit billet d'humeur de janvier!

Chers visiteurs,

Je tenais à vous souhaiter nos meilleurs vœux pour l’année qui va suivre au nom de toute l’association Viviskes. Les traditionnelles bonnes résolutions et autres projets d’avenir ne nous ont pas empêché de regarder derrière nous et de contempler tout le chemin parcouru depuis la fondation de cette association. C’est pourquoi, outre nos vœux pour l’année 2015, nous tenions à laisser ici un petit billet d’humeur sur la joie que nous procure à tous cette association atypique.

Je faisais de la reconstitution depuis quelques années et Viviskes avait déjà deux ans lorsque j’ai décidé de m'impliquer dans l’association. Je ne pouvais cependant me douter de la fantastique dynamique que ce rassemblement de passionnés allait prendre. A la suite de notre festival (été 2013), nous avons eu une véritable explosion de nouveaux membres dont certains sont devenus absolument indispensables à notre tribu. Un de nos soucis majeurs avant ce festival était justement le problème, récurrent dans le milieu associatif, du renouvellement du comité et des lanceurs d’idées. Or en voyant l’énergie de nos nouveaux Celtes, le soutien bienveillant des anciens et l’adaptation réussie à l’ampleur nouvelle de Viviskes, nous pouvons désormais envisager sereinement un avenir plein de batailles épiques, de rencontres enrichissantes et de banquets historiques.

En à peine deux ans, nous avons ainsi augmenté notre ost à une quarantaine de membres, accru notre présence, non seulement à travers les festivals et autres animations historiques, mais également dans des animations pédagogiques et des évènements plus locaux (Marchés Folkloriques, Animai). A l’interne, nous avons réussi à pérenniser et à transmettre les connaissances et le savoir-faire qu’avaient acquis les premiers membres à force de recherches et d’expérimentations. Grâce à des regroupements comme Animarc ou la Fédération des Armées Antiques Romandes, nous collaborons aussi avec d’autres troupes, notamment les Romains républicains d’Ardor Lvporvm au travers d’entraînements conjoints. Cette vision des choses nous a permis de proposer des animations plus spectaculaires et scénarisées afin d’évoquer différents types de combats. Les retours que nous avons sont positifs et nous sommes déterminés à continuer de tout faire pour rester de véritables passeurs de connaissances entre un grand public curieux et une matière et une civilisation celtique difficile à saisir sans clichés.

Ce petit bilan me permet également de vous remercier, non seulement vous, les internautes qui êtes de plus en plus nombreux à nous suivre, mais également nos amis, dont l’aide nous est toujours inestimables ainsi que les organisateurs d’évènements qui nous font confiance et avec lesquelles nous avons toujours eu de bonnes relations sans oublier, évidemment, les fiers guerriers de Viviskes, sans lesquels nous ne pourrions rien faire et qui sont présents par tous les temps !

AD KURMA !!!

Florian Mottier

Vice-Président de l’Association Viviskes

Billet d'humeur!
Billet d'humeur!

Voir les commentaires

La Saga des Helvètes, partie 3

Publié le par J. Demotz

La Saga des Helvètes, partie 3

Aventicum, 43 apr. J.-C., seconde année de règne de l'empereur Claude.

"-Mmmh, cette semoule aux amandes, rien de tel pour remplir un estomac vide! N'est-ce pas mon garçon? Bon, tu me demandais pour nos pères, n'est-ce pas?

-Oui, enfin!

-Alors, tu ne vas pas être déçu.

Tu te souviens des princes vivant sur nos terres dont je te parlais tout à l'heure? (voir : Saga des Helvètes partie 2). Il y a donc 500 ans environ, leur société s'est effondrée. Ne me regarde pas avec ces yeux rondes, je ne sais pas plus que toi pourquoi s'est arrivé. Mais il ne faut pas croire que tout a été détruit, pas du tout, c'est une réelle évolution qui a eu lieu.

Par quoi commencer ? Je sais! Quand j'étais en voyage en Etrurie (Toscane), il y a de cela quelques années, j'ai dit que j'étais helvète, et un paysan de la région m'a raconté une histoire qui se conte dans sa famille, en me disant qu’eux aussi avaient des racines helvètes! Tu me connais, j'ai demandé pourquoi il affirmait une chose pareille. Car s’il est vrai que les peuples de la plaine du Pô sont nos cousins celtes, que ferait un Helvète ici? Il m'a donc raconté qu'il y a 500 ans, à la période dont nous parlons, un Celte est venu ici. Cet homme, pour se faire reconnaitre, a pris une coupe et a gravé non pas son nom dessus, mais d'où il venait: eluveitie. Il a utilisé des lettres étrusques pour ça, et cette coupe gravée serait la première preuve écrite de notre peuple! Mais j'avoue que je ne crois pas trop à ces histoires...

A cette période donc, beaucoup de choses ont changé. Nous avons commencé à utiliser dans notre céramique et nos peintures de plus en plus de motifs avec des fleurs et des animaux fantastiques, mi-homme mi-bête. Et nous avons même fabriqué des bracelets en or avec ces types de peintures inspirées des grecs! Car même si les grands princes marchands ont disparus, les contacts sont restés et nos ancêtres aimaient toujours autant le vin.

La société a changé elle aussi. Comme tu peux bien l'imaginer, il est difficile pour nous de savoir à quoi elle ressemblait exactement, mais je sais que nos ancêtres vivaient en grande majorité dans des fermes réparties à travers le territoire. Il n'y avait pas de grandes villes comme ici, mais plutôt de nombreux hameaux et, en de rares occasions, des grandes agglomérations de maisons. On ignore où celles-ci pouvaient se trouver dans nos régions.

Ce qui est certain, par contre, ce sont les tombes. Tu te souviens de cette tombe de la princesse de Vix? Cette mode a changé, on ne retrouve plus de tombes si exceptionnelles, mais de nombreuses tombes plus petites. On a appelé ces tombes "plates", pour les différencier des grands tumuli d'avant.

Sur cette période, j'ai encore deux sujets dont j'ai envie de te parler. Tu as le choix entre un roi-guerrier et un pont. Par quoi veut tu que je commence mon garçon?

-Par le roi guerrier, c'est évident!

-Je n'en attendais pas moins de toi.

Bien, malgré tout, tu dois savoir que ce roi n'est pas helvète, mais d'une autre tribu gauloise. Mais je me devais de te raconter son histoire dans les grandes lignes. Ce roi, que l'on nomme Brennos, a été un grand héros de ce temps. Il a réussi à unifier quelques tribus gauloises, un grand exploit car à cette époque, les tribus aimaient à combattre les unes contre les autres et les rivalités étaient fortes, et il a marché sur Rome. Oui, la fameuse, la grande! Mais en ce temps-là, il y a 400 ans (vers -390 av. J.C.), ce n'était encore qu'une grande ville qui contrôlait difficilement une petite partie de l'Italie. Il a donc marché sur la cité et a vaincu les armées romaines près d'un fleuve, l'Allia. Là, il a exterminé tous les Romains, mis le siège devant la ville et poussé les survivants à la reddition. Il a mis en place une grande balance pour recevoir un tribut en or, et quand le chef du sénat s'est plaint de ce que la balance était truquée, il a prononcé une phrase restée célèbre: "Vae victis!" ("Malheur aux vaincus!"). Il a tellement terrifié les Fils de la Louve que nous sommes devenu leur pire cauchemar pour des siècles!

Bon, le pont maintenant. Ce pont était situé non loin d'ici, au bord du lac (La Tène, lac de Neuchâtel). Cet endroit, qui a été bâti il y a 200 ans, était un lieu très important pour nous. Si j'avoue ne pas savoir très bien quelle était son utilité, mis à part que sa forme est celle d'un pont, il n'y a aucun doute sur son importance. J'ai été il y a deux étés faire un voyage dans cette région, car la rivière est riche en poissons, et j'ai vu encore des restes de ce pont. Si quelqu'un se jetait à l'eau et grattait la vase, il pourrait trouver des vrais trésors. J'ai aperçu un fourreau d'épée briller au fond de l'eau, ainsi que des pointes de lances! Cet endroit a été le témoin de très nombreux sacrifices, mais il est abandonné depuis. Mais je te prédis que cet endroit, un jour, sera très connu dans le monde. Peut-être même qu'il donnera son nom à notre époque, qui sait? (nda: second âge du fer, ou période de La Tène).

-Tu radotes grand-père...

-Je sais... mais cette époque est glorieuse et parfois je me dis que je suis né trop tard. C'était une belle époque. Mais tu vas adorer la suite!

Bibliographie:

KAENEL G., L'an -58, les Hélvètes, Archéologie d'un peuple celte. Grandes dates, Lausanne, 2012

MEGAW J. V. S., Deux bracelets de La Tène ancienne de Suisse occidentale, In: Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d'Archéologie 58, Zurich, 1974

http://latenium.ch/

Images:

Coupe de Mantoue et son inscription (eluveitie).

Vue d'artiste de la bataille de l'Allia.

Exemples de bracelets en or provenant de Berne, CH

Restitution du pont de La Tène.

La Saga des Helvètes, partie 3
La Saga des Helvètes, partie 3
La Saga des Helvètes, partie 3
La Saga des Helvètes, partie 3
La Saga des Helvètes, partie 3

Voir les commentaires

Assemblée d'automne 2014

Publié le par J. Demotz

Assemblée d'automne 2014

Le 8 novembre, la Teuta s'est réunie pour notre traditionnelle assemblée d'automne, afin que 2015 soit préparé dans les meilleures conditions. Après avoir fait le bilan de cette année 2014 qui aura été très profitable sous tout rapports, nous avons préparé les projets de 2015, avec de nombreuses animations déjà au programme, et avons présenté nos 7 nouveaux membres ainsi que le retour de deux anciens, ce qui porte le total de nos membres actifs à 44.

Après cette assemblée proprement dite, nous avons eu le plaisir d'avoir deux conférences. La première de notre responsable costumes, pour un rappel des sources utilisables et utilisées, soit une bonne introduction pour les nouveaux et un rappel toujours bienvenu pour les anciens. La suivante était donnée par M. Laurent Flutsch, directeur du Musée Romain de Vidy, Lausanne, qui a présenté son livre Passé présent: Lousanna ou l'antiquité d'actualité..., que nous remercions encore une fois pour sa présence.

Merci encore à vous tous qui suivez nos actions que se soit à travers de notre page Facebook ou de notre blog, et si vous avez des questions ou des propositions, nous serons heureux de vous répondre par mail ou par téléphone!

Assemblée d'automne 2014
Assemblée d'automne 2014

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>