Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Viviskes fait ses classes

Publié le par Florian M.

Viviskes fait ses classes

La dernière semaine de juin, plus d’une dizaine de reconstituteurs celtes et romains ont participé à une animation pédagogique à Lignières (Neuchâtel). Notre prestation comprenait deux jours d’ateliers variés ainsi qu’une journée de rallye pour des enfants entre 4 et 11 ans. Nos fiers guerriers ont tiré un bilan très positif de ces trois jours aussi stimulants qu’épuisants !

Six ateliers étaient proposés aux Gaulois en herbe. Un étudiant en archéologie de l’association s’est tout naturellement fendu d’une présentation portant sur l’histoire et l’armement celtique tandis que des ateliers sur l’alimentation, les costumes et les jeux antiques complétaient les connaissances de nos jeunes Celtes sur la vie quotidienne de ces peuples. Pour aller plus loin, nous avions également un atelier animé par les Romains d’Ardor Lvporvm ainsi qu’un atelier de danses traditionnelles bretonnes qui permettait de familiariser les élèves avec un côté contemporain de la culture celtique actuelle. Concevoir des ateliers adaptés à la grande différence d’âge de nos auditeurs a été un défi des plus vivifiants. Nous avons même été franchement impressionnés par les connaissances de certains de ces élèves !

Le rallye quant à lui, a permis à ces jeunes gens, rassemblés dans des équipes nommées d’après différents peuples gaulois, de se mesurer à travers six épreuves pour désigner quelle tribu était la plus forte de tous les Celtes ! Pour se départager, Arvernes, Santons, Bituriges vivisques et autres Boïens, se sont mesurés à travers une épreuve de tir à la balle sur un bouclier, une épreuve de mémoire ou encore de véritables tessons gallo-romains à retrouver dans une caisse de sable !

Cette semaine pédagogique nous a permis d’initier de jeunes élèves à quelques aspects de la culture et de l’histoire celtique dans une atmosphère légère et a également été l’occasion de rajouter de nombreuses activités à proposer aux enfants lors de nos prochaines manifestations !

Viviskes fait ses classes
Viviskes fait ses classesViviskes fait ses classes

Voir les commentaires

Raid viviskes sur Lousonna

Publié le par Joël Demotz

Raid viviskes sur Lousonna

Après Avenches, Viviskes s'attaque à Lausanne, en participant à la semaine culturelle organisée par l'EPSIC. Nous avons été invités par les professeurs à instruire les élèves à l'art du combat celtique durant trois jours de suite: mardi, mercredi et jeudi de la semaine passée.

Chaque début d'après-midi, nous avons commencé par un petit cours d'histoire sur les Celtes avec une présentation de l'équipement sur guerrier celte vivant afin d’illustrer nos propos, devant le musée romain de Vidy. Les élèves ont suivi avec beaucoup d’intérêt cette présentation, demandant régulièrement des précisions et mettant à l'épreuve nos connaissances d'historiens, mais nous avons pu satisfaire leur curiosité et passer aux choses sérieuses.

En effet, après cette présentation théorique est venue la pratique : nous nous sommes déplacés aux ruines romaines pour initier nos élèves à l'escrime celte. Nous avons commencé par créer différentes groupes, afin d'organiser un petit tournoi de quatre équipes, avec un de nos membres dans chacune d'entre elles pour les encadrer et les conseiller. A chaque fois, le tournoi a été très disputé et les vainqueurs ont pu parader devant leurs adversaires. Pour terminer les séances en beauté, nous avons organisé des grandes batailles avec notre participation, ce qui a donné lieu à des duels épiques entre champions.

Cette semaine a été très productive et nous sommes heureux de l'enthousiasme qui a animé les participants à chaque séance et nous nous réjouissons d'avance de pouvoir recommencer à partager nos connaissances avec des élèves de tous horizons ! Nous avons aussi eu la chance d’avoir des photographes sur place, ce qui nous permet de partager avec vous l'ambiance de ces journées.

Raid viviskes sur Lousonna
Raid viviskes sur Lousonna
Raid viviskes sur Lousonna
Raid viviskes sur Lousonna
Raid viviskes sur Lousonna
Raid viviskes sur Lousonna

Voir les commentaires

Les Oppida de Romandie

Publié le par Joël Demotz

Les Oppida de Romandie

Quand nous pensons aux Celtes, certaines images viennent tout de suite à l'esprit: les druides cueillant le gui, Vercingétorix sur son cheval et, lié à cette image, le siège de l'oppidum d'Alésia. César, dans son commentaire de la Guerre des Gaules, parle de ces cités abritant les peuples de la Gaule et qui furent à de nombreuses reprises le théâtre d'affrontements acharnés entre légions romaines et guerriers gaulois. Cette facette importante de l'anthropologie guerrière celte, liée chronologiquement à la période que nous représentons, méritait bien un article !

Donc, tout d'abord, qu'est-ce qu'un oppidum, oppida au pluriel?

César décrit le mur gaulois dans sa Guerre des Gaules (livre 7.23) qu'il rencontre durant le siège d'Avaricum (Bourges actuelle). Il relate un vaste rempart de terre, de bois et de pierre entourant une ville. Les savants, notamment Napoléon III, passionné par César, ont tenté à de nombreuses reprises de retrouver ces oppida cités par César. Malgré des débuts parfois laborieux, un grand nombre d'entre eux a pu être identifié et une définition les concernant a été mise au point. Cette définition consiste en trois points. Le premier concerne le rempart, celui-ci doit être présent et protéger la cité. En outre, il doit comporter des portes monumentales, ce qui constitue de deuxième point. L'archéologie ne permettant pas toujours de retrouver celles-ci, ce sont parfois seulement des hypothèses qui sont retenues. En troisième lieu, la ville doit comporter un plan directeur. On ne parle pas d'une ville à la grecque ou à la romaine, comme dans le monde méditerranéen, mais néanmoins de quartiers définis, avec des artisans et, dans de nombreux cas, des lieux de culte.

Le mur est capital dans la définition de l’oppidum et mérite donc qu’on s’attarde sur sa composition. Dans le monde celtique, on trouve deux types de fortifications. La première est décrite par César, le murus gallicus, et se retrouve dans la partie Ouest de l'Europe et plus particulièrement dans la France actuelle. On en trouve un exemple en Suisse, à Sermuz, qui sera traité plus bas. La seconde doit son nom à des savants allemands, le Pfostenschlitzmauer, ou « muraille à poteaux frontaux ». Cette mode se trouve dans la partie orientale du monde celtique, en Allemagne actuelle notamment. En Suisse, c'est cette dernière qui est utilisée dans tous les cas connus à l’exception de Sermuz.

Notre association reconstituant le mode de vie d'Helvètes situé en Romandie, nous développerons surtout les oppidas présents sur ce territoire. Mais avant de parler de ceux-ci, quelques explications concernant le contexte sont nécessaires.

Les Helvètes entrent dans l'Histoire avec un grand H via l'un de leurs peuples, celui des Tigurins. Ceux-ci se joignent aux migrations des Cimbres et des Teutons en direction du Sud de la France. Après avoir aidé les Volques Tectosages de la région de Toulouse dans une rébellion contre Rome, ils écraseront, sous l'impulsion du jeune chef Divico, deux légions romaines, celles du consul Cassius, qui sera tué au combat. Après cette victoire, puis celle d'Orange durant laquelle ils anéantiront à nouveau les légions romaines, ils rentreront sur le plateau suisse après que Marius, un général romain prometteur, ait vaincu les Teutons, puis les Cimbres. Ceci se passait dans les années 105 av. J.-C., et une cinquantaine d'année après, César nous informe que les Helvètes veulent de nouveau partir au Sud, mené à nouveau par le vieillissant chef Divico, celui-là même qui avait fait passer sous le joug les armées romaines. En 58 av. J.-C., les Helvètes partent après avoir, comme le dit César, mis le feu à leurs oppida, au nombre de 12, ainsi qu'à leurs villages, au nombre de 400. (Guerre des Gaules 1.5) Malheureusement, César vaincra les Helvètes à Bibracte et ceux-ci rentreront au pays et réoccuperont le plateau suisse. Cette date de -58 a passionné les antiquaires puis les archéologues qui tentèrent de retrouver ces fameux 12 oppida du plateau suisse ainsi que de relier leur abandon à cette date, avec un succès passablement mitigé,

Voici donc une brève présentation concernant les oppida retrouvés en Romandie. Une petite précision concernant celui de Genève : celui-ci ne sera pas traité, car il est sur le territoire du peuple allobroge, déjà sous influence romaine lors de la Guerre des Gaules alors que notre association s’occupe plutôt du peuple Helvète. Les oppida traités seront au nombre de trois: Yverdon, Sermuz et le Mont-Vully.

En premier, l’oppidum d’Yverdon. Cet oppidum n’a été découvert que récemment via des fouilles au début des années 90. L’excellente qualité des vestiges a permis la restitution du rempart avec une grande précision. Ce rempart couvre une surface de 4 à 8 hectares, ce qui en fait un oppidum de taille modeste, mais il possède une structure impressionnante : deux rangées de poteaux frontaux inclinés légèrement vers l'intérieur pour une meilleure stabilité, un modèle absolument unique. (voir dessin en bas). La dendrochronologie a même permis de le dater avec une grande précision : il date des années 91/90 av. J.-C. Néanmoins, il a été volontairement détruit une cinquantaine d'année plus tard, et nous en ignorons la raison. Une crue du lac ? Un mouvement de population ? La question est encore ouverte.

A deux kilomètres à peine plus au Sud se dresse la colline de Sermuz, avec à son extrémité l’éperon que barre le murus gallicus de l'oppidum. Celui-ci a également été découvert tardivement, entre 1983 et 1984, et lui aussi est très bien conservé. Les archéologues l'ont restauré sur une portion de terrain afin de donner un résultat visuel à la recherche (voir photo). Cet oppidum a été daté comme ayant fonctionné après la guerre des Gaules et la défaite de Vercingétorix, ce qui pourrait signigier que cet oppidum ait été élevé dans un mode constructif non utilisé en Suisse.

Le troisième oppidum est une fierté du canton de Fribourg : l'oppidum du Mont Vully (voir photo). Celui-ci a été fouillé à de nombreuses reprises et son rempart est bien connu : un mur à deux rangées de poteaux frontaux. Le mur a même donné son nom à l'un des sous-types concernant les Pfostenschlitzmauer : le type Vully. En plus de ces deux rangées de poteaux, il a été réparé et une troisième rangée a été ajoutée, en quinconce de la première. En plus de son impressionnant rempart, le Mont-Vully a livré plusieurs portes et surtout les tours les protégeant, ajoutant encore à la structure un côté ostentatoire. La construction du mur a été datée de 120 av. J.-C., ce qui en fait le plus ancien des oppida de Romandie, parmi ceux qui sont connus à ce jour. La date de la réparation n'est pas connue, mais on suppose qu’elle se situe autour du premier siècle avant notre ère. Il est certain que c'est un incendie qui a détruit le rempart, et les savants se sont empressés d'avancer que celui-ci était lié à la migration Helvète. Cependant, les recherches récentes et le matériel découvert contredisent cette option: l'hypothèse la plus retenue fait état d’un abandon dans les années 80 av. J.-C.

Cette brève présentation de trois oppida de la Romandie permet donc de se faire une idée de ce que pouvait être l'urbanisation au cours de La Tène finale dans nos régions et quel était le contexte dans lequel les guerriers de Viviskes pouvaient vivre. Nous sommes loin de l'image du barbare vivant dans les bois : ce sont de puissantes cités rivalisant d'ostentation avec le monde méditerranéen et nous comprenons fort bien, via les restitutions proposées, l'impression que ces fortifications eurent sur César lors de sa conquête.

Bibliographie :

FICHTL, S., Les premières villes de Gaule : Le temps des oppida, Lacapelle-Marival, 2012.

KAENEL G., L'an -58, les Hélvètes, Archéologie d'un peuple celte., Grandes dates, Lausanne, 2012

BRUNETTI C., et al., Yverdon et Sermuz à la fin de l’âge du Fer, CAR 107, Lausanne, 2007

KAENNEL G., CURDY F., CARRARD F., L’oppidum du Mont-Vully. Un bilan des recherches 1978-2003, AF 20, Fribourg, 2004

Les Oppida de Romandie
Les Oppida de Romandie
Les Oppida de Romandie
Les Oppida de Romandie
Les Oppida de Romandie

Voir les commentaires

Les Celtes débarquent à Avenches

Publié le par Florian M.

Les Celtes débarquent à Avenches

Nouvelle animation pour Viviskes vendredi passé! Notre troupe a été invitée pour une journée pédagogique organisée à Avenches. Le matin nous avons posé notre stand près des ruines des thermes romaines tandis que nous avons présenté l'armement gaulois à une horde d'écoliers. Les jeunes, âgés de 6 à 11 ans ne cachaient pas leur enthousiasme devant les épées, les casques et les différents boucliers que nous leur avons montré. Après quelques heures sur notre stand, nous nous sommes déplacés dans le théâtre d'Avenches pour nous livrer à quelques passes d'armes avec nos collègues romains d'Ardor Luporum.

Ces petits combats nous ont permis de voir l'importance de faire participer le public au combat, notamment en ménageant du temps pour des cris de guerre et des interactions avec le public. A la fin de cette journée, nous étions très satisfaits de cette manifestation. Nous nous rendons compte que notre groupe prend du volume et de l'expérience et qu'il devient de plus en plus facile de monter un stand pour présenter notre passion!

Les Celtes débarquent à Avenches

Voir les commentaires

Animai 2014

Publié le par Laurène G.

Animai 2014

Ce week-end a eu lieu la trente-deuxième édition d'Animai à Vevey et les jeunes combattants ont été nombreux à se présenter devant la lice qui ne désemplissait pas. C'est par un temps radieux que les jeunes guerriers et guerrières se lançaient dans les mêlées sous les cris galvanisants des organisateurs, des amis et des parents. Les noms des plus motivés revenaient souvent sur la liste de participation, tandis que d'autres plus timides osaient s'affirmer une fois les armes en main. Les moins audacieux pouvaient visiter notre petit campement tandis que nous leur présentions certains aspects de la vie quotidienne des Celtes dans l'Antiquité.

C'est bien fatigués que nous ressortons de ces deux jours d'animation, mais heureux, car quoi de plus gratifiant qu'un enfant ayant participé à presque toutes les batailles qui nous dit: " C'était génial, plus tard, je veux devenir comme vous. Et en plus, vous êtes tous super sympas!"?

Animai 2014
Animai 2014
Animai 2014

Voir les commentaires

Paroles de reconstituteurs 2

Publié le par Joël D.

Paroles de reconstituteurs 2

Deuxième épisode: Joël, membre du comité élargi de Viviskes

« J'ai commencé la reconstitution celte il y a environ 6 ans, complètement par hasard à l’occasion d'un concert de musique celtique. J'avais 18 ans et j'en ai actuellement 24 et suis étudiant Master en Archéologie et Histoire Ancienne à l'université de Lausanne. Comme la plupart des membres les plus anciens de Viviskes, j'ai commencé dans ce qui était Cladio Noir, et ai réalisé à quel point cette pratique me plaisait lors de ma première manifestation en tant que reconstituteur aux Jardins de Lousonna, durant l'été 2008 et ce plaisir n'a jamais été démenti au cours des diverses manifestations auxquelles j'ai eu la chance de pouvoir assister.

Cette pratique me permet en effet d'allier deux de mes plus grandes passions: la première étant, bien évidemment, l'étude de l'histoire ancienne, plus particulièrement les périodes proto-historiques. La seconde est la pratique de l'escrime ancienne. J'avais dû arrêter la pratique de celle-ci suite à un déménagement, mais Viviskes m'a permis de continuer à l'exercer, me permettant même de découvrir de nouvelles disciplines martiales, notamment la pratique du combat à la lance et le tir de javelines.

Mais surtout, plus important que la découverte personnelle, la reconstitution permet de pouvoir faire partager notre passion à des personnes venant de tous les horizons : il est très enrichissant de pouvoir tenir le stand et faire partager au publique nos connaissances et chasser ainsi un grand nombre de préjugés.

Car la pratique de la reconstitution m'a permis aussi de découvrir tout un pan de notre passé : la culture celtique. Nous avons trop longtemps été aveuglés par les textes grecs ou romains les qualifiant à de nombreuses reprises de barbares. Mais par l'étude à la fois traditionnelle, via l'archéologie et l'histoire, mais aussi via la reconstitution, il est très facile de prendre conscient de la richesse et surtout de la complexité de cette civilisation qui a marqué un très large pan de l'histoire européenne. Nous sortons donc totalement des brutes couvertes de peaux ou des épopées arthuriennes pour un peuple aux coutumes variées et à l'art très développé dont le seul tort aura de n'avoir pas laissé de traces écrites.

Car, pour ma part, le but final de faire partie de cette association est de pouvoir s'imprégner au maximum de la culture antique et la restituer au maximum afin que tout ce savoir ne se perde pas et puisse se transmettre à travers l'histoire vivante, dont nous sommes en partie les représentants. »

Voir les commentaires

Fêtes du Forum 2014

Publié le par Florian M.

Fêtes du Forum 2014

Les Fêtes du Forum ont sans aucun doute été une des plus belles manifestations de l'année. Nous avons pu combattre dans le cadre historique de l'amphithéâtre de Martigny contre nos partenaires d'Ardor Luporum qui se sont révélés de féroces légionnaires.

Cette manifestation, surtout axée sur le passé gallo-romain de l'ancienne cité d'Octodure, nous a également fait découvrir des troupes célèbres et impressionnantes comme la Légion VIII et son campement ou encore les gladiateurs d'Acta. Le tout sous un soleil radieux, une ambiance agréable, un public motivé et des organisateurs très accueillants.

Pour Viviskes, c'est également une des premières fois où nous repartons de nos rencontres avec l'impression d'avoir atteint un équilibre parfait entre les explications historiques, le combat et le spectacle. Le stand a attiré bon nombre de curieux tandis que les enfants n'ont pas boudé leur plaisir dans la lice que nous avons animée.

En un mot comme cent, nous n'attendons que la prochaine édition pour revenir dans ces belles arènes!

Fêtes du Forum 2014

Voir les commentaires

Paroles de reconstituteurs 1

Publié le par Artotragos

Paroles de reconstituteurs 1

Un petite série de témoignages sur notre pratique de la reconstitution.

Dans cet épisode: Florian, actuel vice-président de l'association Viviskes

"Cela doit faire quatre ans que je fais de la reconstitution historique celte. Je me souviens avoir commencé parce que je cherchais une activité sportive en rapport avec l'Histoire.
Maintenant, j'ai 21 ans et j'étudie la littérature française et l'histoire antique et médiévale à l'Université de Fribourg. En dehors de la reconstitution, je fais de la danse traditionnelle de France et d'Europe ainsi que du Lindy Hop, une danse swing des années 20. Toutes ces activités me permettent de vivre ma passion pour différentes périodes historiques de manière vivante et sont un bon complément à ce que j'étudie à l'université.

En effet, la reconstitution m'apporte le côté pratique et concret que mes études développent un peu moins. En plus, c'est l'occasion de se faire un cercle de connaissances en dehors du monde académique et je conçois vraiment ça comme un grand bol d'air frais dans mes amitiés que de pouvoir se retrouver autour d'une même passion avec des passionnés d'horizons différentes. Un de mes meilleurs souvenirs est un combat contre des reconstituteurs parisiens que nous avions fait à Bobigny. C'est à ce moment que je me suis rendu compte que nous avions une passion internationale et qu'échanger des assauts et des techniques avec d'autres pratiquants était un véritable plaisir.
Concrètement, j'en retire également un regard plus critique sur l'Histoire. Car refaire de l'équipement celte de la période que nous avons choisie demande d'avoir systématiquement les yeux sur des documents archéologiques, tout en ayant un intérêt marqué pour l'expérimentation et l'artisanat.


Quant au choix des Celtes, je dois avouer que ça s'est fait un peu naturellement. Les sources nous en laissent une image que je trouvais très séduisante, même si en progressant dans ma connaissance du monde celtique, je me suis rendu compte que j'en avais une vision très romantique. En effet, cette image que nous avons des Celtes et des Gaulois est généralement faussée par deux siècles de clichés liés à la vision des archéologues du XIXème siècle et je suis très content de pouvoir les déconstruire, affiner ma perception de cette période puis de le partager avec d'autre passionnés ou un public curieux."

Voir les commentaires

Entre Celtes et Ibères

Publié le par Joël Demotz

Entre Celtes et Ibères

Ces vacances pascales ont été l'occasion de faire une visite à Barcelone. La cité catalane, au-delà de la sangria et des ramblas, possède aussi un magnifique musée d'archéologie dont les collections peuvent grandement intéresser les reconstituteurs que nous sommes.

En effet, si le musée couvre une période très large, allant du paléolithique à l'occupation wisigothique (haut-moyen-âge), il consacre une très large part de ses pièces à la période antique, avec un accent sur les Celtibères de la Catalogne, région comprise dans la zone d'influence laténienne. Il est donc possible de trouver en parallèle des pièces du pur style continental avec des pièces typiques de la méditerranée.

Une des vitrines montre ce phénomène de façon très claire en plaçant côte à côte une falacta ibère et une épée longue à double tranchant laténienne. La falcata se reconnait aisément de part sa forme recourbée, qui provient du kopis grec, arme méditerranéenne par excellence. Il convient de noter que les Celtibères catalans avaient une préférence pour l'épée laténienne.

Pour rester dans le domaine des épées, une trouvaille de la neapolis d'Empùries (située sur la côte Nord de la Catalogne), ne peut manquer d'attirer l'attention. Il s'agit d'un dépôt d'épées de type laténien, semblables à celles utilisées dans nos régions. Celles-ci sont encore dans leurs fourreaux et elles ont été retrouvées avec leurs anneaux de suspension, donc probablement déposées avec leurs ceintures. Cette découverte permet de réaffirmer l'influence profonde de La Tène sur cette région.

Si les épées sont les armes les plus prestigieuses, il ne faut pas oublier que la majorité des guerriers celtibères étaient principalement armés de la même manière que chez nous, à savoir d'une lance et d'un bouclier. Ces boucliers pouvaient être de deux types: rond, typiquement ibère, et laténien, comme le montrent diverses images.

Pour conclure, la visite de ce musée permet d'ouvrir nos horizons sur l'influence de la culture de La Tène au-delà de nos frontières et de voir comment celle-ci se mélange avec les populations locales. Sur les dernières images, quelques illustrations de guerriers présentés par les celtibères de la Catalogne eux-mêmes, où il est possible de remarquer les différents attributs des deux cultures.

Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.
Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.

Toutes les pièces proviennent du musée d'archéologique de catalogne de Barcelone. Les photos ont été prises par Joël Demotz.

Voir les commentaires

Nous engager

Publié le par Artotragos/Sawyl

Vous êtes intéressés par nos activités ?

Nous pouvons vous proposer les animations suivantes:

1. Batailles scénarisées et duels (à l'interne ou en partenariat avec d'autres associations de reconstitution historique

2. Initiations au combat/au tir de javelots pour adultes et enfants

3. Campement historique complet pour animer une manifestation

4. Stand informatif sur l'armement celte (sous la période laténienne)

Si l'une ou l'ensemble de ces prestations vous intéresse, n'hésitez pas à nous écrire via le formulaire de contact et nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Nous engager
Nous engager
Nous engager
Nous engager
Nous engager
Nous engager
Nous engager

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>