Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #artisanat tag

Teinture naturelle

Publié le par Laurène & Matthieu

Pour bien appréhender le costume celte, il est intéressant d’en expérimenter le maximum d’aspects, comme la teinture naturelle. Nous nous sommes essayés à deux procédés différents, par macération et cuisson simple. Cette recette est applicable à de la laine, le lin nécessitant un autre procédé.

 

Pour que la couleur reste sur la fibre, elle doit être préalablement mordancée. Pour ce faire, nous avons employé du sel d’alun (alun de potasse) et de la crème de tartre qui s’achètent tous deux en droguerie. Si cette technique est attestée pour la période médiévale, elle ne l’est pas, à notre connaissance, pour la Tène finale.

Dosages pour 500 grammes de laine :

  • 130 g. de sel d’alun
  • 30 g. de crème de tartre

Il faut tout d’abord mélanger l’alun et le tartre dans une dose d’eau suffisante pour couvrir la laine. Lorsque l’eau est tiède, il est temps d’ajouter les écheveaux. Laisser frémir pendant une heure tout en remuant fréquemment pour que la fibre s’imprègne uniformément. Après cela, il faut laisser refroidir le bain avant de sortir la laine et étendre les écheveaux pour qu’ils sèchent.

 

Maintenant que les fils sont mordancés, il est temps de passer à la teinture à proprement parler. Nous avons choisi deux plantes faciles à trouver et garantissant un bon résultat : l’écorce de racine de garance et les pelures d’oignons. Dans les deux cas, il faut le même poids de plante que de fibre à teindre.

 

Teinture à la garance :

Cette teinture nécessite de faire macérer l’écorce durant cinq jours dans l’eau qui servira à la teinture. La quantité d’eau doit pouvoir recouvrir la laine. Il faut noter que le procédé dégage une forte odeur et qu’il est conseillé de laisser le contenant dans une pièce aérée.

Après les cinq jours, la garance macérée et son eau doivent être portées à ébullition durant une heure. Ensuite, laisser tiédir le tout et retirer autant que possible les morceaux d’écorce afin d’éviter les tâches sur la laine. Quand le bain est tiède, humidifier la laine avant de plonger celle-ci dans le bain. Porter à nouveau à ébullition durant une heure, remuer fréquemment pour que la fibre s’imprègne uniformément. Laisser refroidir et étendre les écheveaux essorés après les avoir rincés.

 

Teinture à l’oignon :

Contrairement à la garance, les pelures d’oignons n’ont pas besoin d’être préparées à l’avance. Plonger les pelures dans une quantité d’eau suffisante pour recouvrir la laine et porter à ébullition pendant une heure. Laisser tiédir le tout et retirer autant que possible l’oignon afin d’éviter les tâches sur la laine. Quand le bain est tiède, humidifier la laine avant de plonger celle-ci dans le bain. Porter à nouveau à ébullition durant une heure, remuer fréquemment pour que la fibre s’imprègne uniformément. Laisser refroidir et étendre les écheveaux essorés après les avoir rincés.

 

L’intensité des couleurs peut varié en fonction de la quantité de produit tinctorial. Un dosage faible donnera des couleurs plus pâles. Voici les résultats que nous avons obtenus

Bain de teinture à l'oignon

Bain de teinture à l'oignon

Bain de teinture à la garance

Bain de teinture à la garance

Echevaux teints à l'oignon et vierges

Echevaux teints à l'oignon et vierges

Echevaux teints à la garance et vierges

Echevaux teints à la garance et vierges

Référence:

- Cardon Dominique, Pratique de la teinture végétale, Éditions Fleurus, 1978

Voir les commentaires